Le porte-parole du ministère de l’Information répond aux préoccupations des OSC concernant le projet de loi sur l’accès à l’information

AKP Phnom Penh, le 02 octobre 2020 —

Meas Sophorn, sous-secrétaire d’Etat et porte-parole du ministère de l’Information, a répondu à une déclaration de certaines organisations de la société civile (OSC) concernant le projet de loi sur l’accès à l’information.

Ce projet de loi est en phase de consultation avec le ministère de la Justice et sera soumis bientôt au Conseil des ministres conformément à la procédure de rédaction de la loi, a-t-il ajouté.

Meas Sophorn a expliqué que le ministère de l’Information avait permis un large éventail de discussions et de suggestions de la part des ministères, des institutions, de différentes agences de l’ONU au Cambodge (UNESCO et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme) et d’un certain nombre d’OSC grâce à la création du Groupe de travail pour la rédaction de la loi sur l’accès à l’information (TWG-A2I).

Le processus de rédaction a duré près de trois ans, a fait savoir le porte-parole, soulignant que les points soulevés dans la déclaration des OSC avaient déjà fait l’objet de discussion vigoureuse lors des réunions du TWG-A2I et que les membres du TWG-A2I étaient également tombés d’accord sur ces points.

Mais, a-t-il poursuivi, lorsque le projet de loi est prêt à être soumis pour l’approbation (du Conseil des ministres), ces OSC ont rendu public une déclaration rappelant ces points et ont soulevé que ce projet de loi était incompatible avec les normes internationales.

« Nous pouvons conclure que le fait que les OSC aient publié cette déclaration semble avoir oublié leur rôle et leurs responsabilités en participant aux discussions, en donnant des suggestions et des accords dans le passé [les réunions du TWG-A2I] », a-t-il dit.

Le porte-parole a continué que cet acte de ces OSC visait seulement à attirer l’attention et le soutien et à gagner en popularité pour elles-mêmes ou pour leurs propres groupes. En même temps, a-t-il ajouté, cette déclaration peut aussi être une stratégie pour obtenir un soutien financier ou des fonds de diverses sources simplement pour soutenir leurs activités.

Le projet de loi sur l’accès à l’information a été rédigé après des études des lois et réglementations nationales et des recherches sur les lois sur l’accès à l’information de nombreux pays de la région et du monde, et conformément aux neuf principes relatifs au droit à l’information ainsi qu’au principe de « three-part test », a-t-il précisé.

Le gouvernement royal du Cambodge ainsi que le ministère de l’Information souhaitent que ce projet de loi soit approuvé avant la fin de cette année, a déclaré Meas Sophorn.

Article en khmer par Un Rithy
Article en français par C. Nika