Le PM cambodgien partage ses idées sur l’avenir durable des pays en voie de développement

AKP Phnom Penh, le 22 septembre 2020 —

Le chef du gouvernement royal du Cambodge (GRC), Samdech Akka Moha Sena Padei Techo Hun Sèn, a partagé ses idées en sept points sur la manière dont les pays en voie de développement peuvent continuer à bâtir un avenir durable.

Selon son discours lors du Sommet virtuel 2020 sur l’impact du développement durable du Forum économique mondial tenu cet après-midi, les sept points importants sont les suivants :

« 1. L’atténuation de l’impact et la stabilisation de la vie des gens, des productions, des opérations commerciales ainsi que des investissements sont des tâches importantes que chaque gouvernement doit s’efforcer de mettre en œuvre autant que possible. Afin d’atteindre cet objectif, le GRC a mis en œuvre cinq séries de mesures bien ciblées et opportunes, a continué à suivre de près la situation et s’est montré prêt à mettre en œuvre des mesures concrètes supplémentaires si nécessaire.

  1. La philosophie du GRC est de transformer la menace du COVID-19 en opportunités de réformes dans chaque pays. En ce sens, je voudrais souligner que le GRC n’a pas du tout ralenti son programme de réforme dans tous les secteurs d’une part. Et d’autre part, notre objectif est de renforcer la compétitivité du Cambodge en facilitant et en créant un environnement favorable aux entreprises et aux investissements dans le pays.
  1. L’épidémie de COVID-19 a eu un impact négatif sur les finances publiques, en particulier sur les revenus du gouvernement. La perte de revenus oblige chaque gouvernement à mettre en place de nouveaux mécanismes afin de mobiliser des ressources financières à utiliser pour le développement futur. Pour atteindre cet objectif, je trouve que le partenariat public-privé (PPP) est un mécanisme indispensable et essentiel qui aidera à résoudre les difficultés financières des pays en voie de développement, à la fois pendant et après la pandémie.
  1. En cette période difficile, pour faire avancer leurs programmes de réforme, les pays en voie de développement ont besoin d’une coopération mondiale, en particulier de la préservation de partenariats bilatéraux et multilatéraux, visant à assurer un environnement propice au développement, à la paix et à la stabilité aux niveaux régional et mondial. En même temps, le renforcement et la préservation des flux d’investissements internationaux, des flux touristiques et des flux libres des échanges transfrontaliers, en particulier la libre circulation des biens nécessaires tels que les denrées alimentaires et le matériel médical, sont des facteurs vitaux pour assurer la stabilité et la sûreté, l’équilibre social et la relance des chaînes d’approvisionnement et de production, à l’intérieur de chaque pays, ainsi qu’aux niveaux régional et mondial.
  1. Nous devons continuer à renforcer la dynamique de la mondialisation, qui a considérablement contribué à la croissance économique et créé des conditions sans précédent pour la réduction de la pauvreté et la promotion des moyens de subsistance des personnes de tous les horizons. Dans ce contexte, nous devons veiller à ce que notre mécanisme de coopération puisse toujours maintenir un esprit d’ouverture et d’appui au système commercial multilatéral, en particulier l’accélération de la connectivité socioéconomique pour les programmes de développement de chaque pays d’une manière durable et inclusive.
  1. Sans plus attendre, nous devons commencer à réfléchir de manière stratégique au rétablissement et à la reprise de l’économie une fois la pandémie apaisée, en accélérant la mise en œuvre des plans et mécanismes existants et nouvellement introduits, de manière rapide et très efficace.
  1. Au niveau mondial, nous devons continuer d’assurer la durabilité des aides internationales, en particulier des aides financières, aux pays en voie de développement afin qu’ils puissent continuer à mener progressivement leurs réformes qui font partie du Programme de développement durable à l’horizon 2030. Dans ce contexte, au nom du GRC, je voudrais exprimer ma profonde gratitude et ma sincère reconnaissance à tous les partenaires au développement pour leur coopération proactive et leurs aides techniques et financières qui ont permis au Cambodge de contrôler efficacement la propagation du COVID-19. »

Par C. Nika