Le Cambodge souligne le rôle clé du multilatéralisme

AKP Phnom Penh, le 22 septembre 2020 —

Samdech Akka Moha Sena Padei Techo Hun Sèn, Premier ministre du Royaume du Cambodge, a mis l’accent sur le rôle nécessaire du multilatéralisme pour résoudre les défis mondiaux actuels.

« Le Cambodge reconnaît le rôle central du multilatéralisme dans la résolution des défis mondiaux complexes auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui », a dit le chef du gouvernement royal dans son discours à la Réunion de haut niveau pour commémorer le 75e anniversaire des Nations Unies tenue le 21 septembre sous le thème « L’avenir que nous voulons, l’ONU qu’il nous faut : réaffirmer notre engagement collectif en faveur du multilatéralisme ».

« Ma délégation estime que les Etats membres doivent se conformer aux dispositions de la Déclaration sur la commémoration du 75e anniversaire de l’ONU que nous avons adoptée pour cette réunion », a-t-il dit, ajoutant : « Notre succès dans la mise en œuvre des objectifs ambitieux que nous avons adoptés permettra aux générations futures de vivre dans des sociétés prospères, inclusives et harmonieuses. »

« Nos défis sont interconnectés et ne peuvent être relevés que grâce à un multilatéralisme revigoré. C’est par le respect de la Charte des Nations Unies, la transparence, l’unité, la coopération et l’action collective que la communauté mondiale peut atteindre l’avenir que nous voulons et l’ONU qu’il nous faut », a-t-il souligné.

Samdech Techo Hun Sèn a continué que le 75e anniversaire de l’ONU était commémoré à un moment de grande perturbation pour le monde, aggravée par une crise sanitaire mondiale sans précédent avec de graves conséquences économiques et sociales. Après la dévastation de la Seconde Guerre mondiale dans le préambule de la Charte de l’ONU, les dirigeants du monde ont déclaré que l’utilisation d’un « mécanisme international pour la promotion du progrès économique et social de tous les peuples » était un moyen essentiel de garantir la paix, de défendre les droits de l’homme et de garantir le progrès social.

« Si la vision de la Charte est toujours pertinente, notre ‘mécanisme international’ et l’engagement à son égard sont en péril et nécessitent une attention particulière. En fait, le mécanisme du multilatéralisme a subi de graves assauts, notamment en raison des engagements nationalistes et protectionnistes de certaines superpuissances mondiales », a-t-il dit.

Selon le Premier ministre, au lieu d’obtenir un soutien, les pays en voie de développement deviennent souvent la cible de sanctions pour leur imperfection du processus d’édification de la nation qui ne répond pas aux normes des pays développés, alors que leur capacité limitée à protéger les droits humains fondamentaux, tels que le droit à la paix, le droit à la vie, à la nourriture, au logement et à l’emploi était toujours insuffisant.

C’est un facteur important qui a contribué à détruire gravement les efforts nationaux de restauration et de développement des pays pauvres en raison de la politisation des droits de l’homme conformément à l’agenda géopolitique de certains pays développés, a-t-il précisé.

« La rivalité entre les superpuissances a également entravé l’autodétermination des pays en voie de développement en termes de choix indépendant et souverain pour la voie du développement ainsi que le choix de partenaires amicaux pour la paix et le développement. Je suis d’avis que c’est le véritable obstacle pour les pays en voie de développement à atteindre les objectifs ambitieux de l’Agenda 2030 en plus des défis pressants posés par la pandémie de COVID-19 et ses éventuels impacts socio-économiques », a déclaré Samdech Techo Hun Sèn.

Par C. Nika