Le public se sent en sûreté contre le COVID-19

AKP Phnom Penh, le 20 août 2020 —

Tout en bénéficiant de cinq jours de congé en compensation de ceux du Nouvel An khmer, les Cambodgiens ont affirmé se sentir en sûreté contre la pandémie de COVID-19 car les mesures préventives guidées par le ministère de la Santé ont été bien mises en œuvre par les prestataires de services touristiques.

Pov Sopannarith, un touriste local qui était en vacances avec sa famille dans la province de Kampot, a exprimé sa satisfaction quant à l’application des mesures préventives contre le COVID-19, en particulier dans les hôtels, les sites touristiques, ainsi que les restaurants, voire les toilettes de certaines stations-service le long de sa route.

« Dans les sites touristiques, les restaurants, les hôtels et même les toilettes que je passais, j’ai toujours remarqué les bannières sur les mesures préventives du COVID-19 ainsi que l’utilisation de savon et de désinfectants à base d’alcool et de gel », a-t-il dit, ajoutant : « C’est un message qui nous rendait sûre [..]. »

Lors de son voyage de Kèp à Kampot et enfin à Sihanouk-ville de la province de Preah Sihanouk, Mme Tep Sophan, une autre touriste locale, a dit à l’AKP que sa famille et elle étaient aussi préoccupées par l’épidémie de COVID-19, mais qu’elle se sentait en sûreté grâce aux mesures préventives mises en œuvre par tous les services pendant son voyage.

Même si les mesures du ministère de la Santé ne peuvent pas être appliquées à 100%, elle a dit qu’elle pouvait accepter le fait que tous les prestataires de services participent à la prévention de la pandémie.

Mme Tep Sophan a souligné que les hôtels où sa famille et elle avaient séjourné avaient strictement enregistré les noms, numéros de téléphone et adresses de leurs clients, en plus du contrôle de la température et du nettoyage des mains à la réception, alors que tout le personnel de l’hôtel a porté des masques, mais certains clients étaient encore négligents (sans porter de masques).

« Dans les restaurants, même à la plage, des désinfectants à base d’alcool et de gel ont été mis sur chaque table pour les clients », a-t-elle affirmé, soulignant : « D’après mes propres observations, au cours de mon voyage, je peux dire que toutes les parties concernées n’avaient pas appliqué plus de 70% des mesures préventives, mais ce pourcentage est raisonnable et acceptable pour moi. »

Touch Sopheak, un fournisseur de services de bateau sur le site de tourisme naturel de Tumnub Mlech à Kampot, a, pour sa part, indiqué que les autorités locales lui avaient conseillé d’assurer l’hygiène et préparer des désinfectants à base d’alcool pour ses clients.

Le Cambodge n’a signalé aucun nouveau cas positif de COVID-19 pendant quatre jours consécutifs, donc le nombre total reste à 273, dont 174 Cambodgiens, 40 Français, 17 Chinois, 13 Malaisiens, 8 Indonésiens, 7 Américains, 5 Britanniques, 3 Vietnamiennes, 3 Canadiens, 1 Belge, 1 Indien et 1 Kazakhstanaise. Parmi eux, 253 ou 92,67% ont été guéris.

Après le premier cas de COVID-19 détecté fin janvier, le Cambodge a fermé les transports publics et interdit les rassemblements de masse afin de prévenir la propagation du COVID-19, mais n’a pas verrouillé le pays ou les villes, ni fermé les usines, les marchés et les restaurants.

Le Premier ministre Samdech Akka Moha Sena Padei Techo Hun Sèn continue d’exhorter ses compatriotes à prêter une haute attention à la prévention d’eux-mêmes, des membres de leur famille et de leurs communautés contre la pandémie du COVID-19. Il leur a rappelé de rester vigilants pour ne pas être infectés par le virus, notamment pour s’assurer qu’il n’y a pas de transmission communautaire après ces jours de congé.

Le chef du gouvernement royal a également rappelé aux propriétaires de complexes touristiques, aux communautés touristiques ou aux superviseurs de tous les sites touristiques, pensions de famille, hôtels et restaurants, d’assurer les normes de sûreté conformes aux directives du ministère de la Santé et du ministère du Tourisme.

A noter que le gouvernement royal du Cambodge a autorisé cinq jours de congé, du 17 au 21 août, pour remplacer ceux du Nouvel An khmer à la mi-avril, reportés afin de prévenir la transmission de la pandémie de COVID-19.

(Photo: Khuth Sao)

Par C. Nika