Le ministère de l’Education surveille de près la situation de COVID-19 avant de décider de rouvrir les écoles

AKP Phnom Penh, le 25 avril 2020 —

Le ministère de l’Education, de la Jeunesse et des Sports (MEJS) continuera de suivre de près la situation de COVID-19 dans le pays ainsi que dans la région et le monde avant de prendre une décision sur la date de reprise des classes.

C’est ce qu’a dit ce matin Dy Khamboli, porte-parole du MEJS, à l’Agence Kampuchea Presse (AKP).

Le ministère discute également de la question avec le ministère de la Santé et attend de nouvelles instructions du gouvernement royal, a-t-il ajouté.

Entre-temps, a poursuivi le porte-parole, le MEJS a appelé le personnel éducatif, les parents, les tuteurs et les élèves à continuer de suivre les directives et les communiqués de presse du gouvernement royal, les MEJS et le ministère de la Santé et de prêter une haute attention aux mesures d’hygiène.

Le MEJS a aussi encouragé les élèves à faire de leur mieux dans leur auto-apprentissage par le biais de l’enseignement à distance et de l’apprentissage en ligne sur les sites Internet et les pages du ministère et sur les chaînes de télévision, en particulier la TVK2, a-t-il souligné.

De son côté, Mme Or Vandine, secrétaire d’Etat et porte-parole du ministère de la Santé, a confirmé que toutes les mesures prises par le gouvernement royal, le ministère de la Santé et d’autres ministères et institutions concernés étaient toujours en vigueur même si aucun nouveau cas n’a été trouvé au cours des 13 derniers jours.

“Nous n’avons pas encore pu relâcher nos mains, bien que certains de nos citoyens semblent reprendre leur vie quotidienne. Toutes les mesures préventives sont toujours en vigueur”, a-t-elle affirmé, précisant : “La situation dans notre pays est très fragile malgré qu’aucun nouveau cas de COVID-19 n’a été détecté au cours d’une dizaine de jours consécutifs, et les cas guéris ont augmenté. Si nous regardons certains de nos pays voisins et le reste du monde, leur situation est toujours critique. Par conséquent, si nous desserrons nos mains, le Cambodge serait à nouveau exposé à [COVID-19]. N’oubliez pas que nous pouvons oublier COVID-19, mais COVID-19 ne nous oubliera jamais.”

Ly Sovann, directeur du Département de contrôle des maladies transmissibles et porte-parole du ministère de la Santé, a partagé la même idée que Mme Or Vandine, réitérant que tous les citoyens ne doivent pas être négligents.

“En ce qui concerne la levée des interdictions ou des restrictions, cela dépend de la décision du gouvernement royal, mais les organes spécialisés restent vigilants et continuent d’exhorter les gens à continuer d’appliquer les mesures de prévention”, a-t-il dit.

Article en khmer par Phen Rattanak

Article en français par C. Nika