Porte-parole du ministère de la Justice : Pas besoin de déclarer l’état d’urgence avec la situation de COVID-19 sous contrôle

AKP Phnom Penh, le 22 avril 2020 —

Le Cambodge ne peut pas déclarer l’état d’urgence dans la situation actuelle, a souligné Chin Malin, secrétaire d’Etat et porte-parole du ministère de la Justice.

S’exprimant lors d’une conférence de presse ce matin, il a dit que plus de 70 pays à travers le monde avaient déclaré l’état d’urgence au milieu de la crise de COVID-19, mais pour le Cambodge, avec la bonne situation actuelle, il n’était pas nécessaire pour le gouvernement royal de mettre la nation dans un état d’urgence.

Le porte-parole a réitéré que la loi sur la gestion de la nation dans l’état d’urgence ne serait utilisée que lorsque l’état d’urgence serait déclaré.

Le Cambodge est plus strict que les autres pays car pour mettre une nation en état d’urgence, il y a deux conditions : lorsque la nation est en danger, et après avis unanime du Premier Ministre, du Président de l’Assemblée Nationale et du Président du Sénat que le Roi proclame publiquement l’état d’urgence, a-t-il expliqué.

Chin Malin a également fait une clarification à la préoccupation de certaines personnes au sujet de la création de cette loi, disant qu’elles avaient mal compris et n’avaient pas mené d’études précises sur la loi et que cela pourrait être un gain politique pour un groupe de personnes.

La création de la loi est conforme au nouvel article 22 de la Constitution et même si la liberté est restreinte lors de l’application de la loi, il est nécessaire de prendre des mesures pour les intérêts du public et des vies humaines, a-t-il précisé.

A noter que le projet de loi de cinq chapitres et de douze articles sur la gestion de la nation dans l’état d’urgence a été approuvé par l’Assemblée nationale le 10 avril dernier, puis par le Sénat le 17 avril avant d’être promulgué par Sa Majesté le Roi.

Article en khmer par Bunrith

Article en français par C. Nika