Le ministère cambodgien des AE déçu des commentaires de l’ambassadeur américain sur le procès de Kem Sokha

AKP Phnom Penh, le 13 mars 2020 —

Le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a exprimé sa grande déception face aux commentaires de l’ambassadeur américain, W. Patrick Murphy, concernant le procès de Kem Sokha, à la Cour de première instance de Phnom Penh, le 12 mars.

« De telles déclarations sont considérées comme un exercice d’influence indue sur le pouvoir judiciaire, organe indépendant et distinct dûment stipulé dans la Constitution du Royaume du Cambodge, et sont perçues comme un geste non diplomatique et irrespectueux pour la souveraineté du pays hôte », a dit le ministère dans une déclaration rendue publique ce matin.

Conformément aux normes des relations internationales, a souligné la même source, une telle expression constitue une violation de l’article 41 de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques de 1961 et de l’article 2 (7) de la Charte des Nations Unies, auxquels tout diplomate, indépendamment de la taille de son pays, est tenu à sa pleine adhésion.

« En outre, de telles déclarations vont à l’encontre de l’esprit renouvelé des dirigeants des deux pays visant à revitaliser la compréhension et le respect mutuels entre les deux pays et à réinitialiser un nouveau chapitre de la coopération pratique à tous les niveaux pendant que nous célébrons les 70 ans des relations d’amitié cette année », a conclu le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.

Par C. Nika