Le Premier ministre réaffirme l’engagement du gouvernement royal en faveur de la suppression des mines du pays

AKP Phnom Penh, le 09 mars 2020 —

Le gouvernement royal du Cambodge a réaffirmé son engagement à éliminer toutes les mines terrestres, les restes explosifs de guerre (REG) et les bombes à fragmentation du pays.

Le Premier ministre Samdech Akka Moha Sena Padei Techo Hun Sèn a fait la réaffirmation ce matin lors de la cérémonie d’inauguration de la Nationale 55 et de l’ouverture du chantier de construction de la Nationale 10, dans le district de Veal Vèng, province de Pursat.

Le chef du gouvernement cambodgien a déclaré que la zone du chantier de construction de la Nationale 55 était un ancien champ de bataille pendant les guerres civiles où il y avait beaucoup de REG et de mines terrestres. Il a ainsi réitéré la détermination du gouvernement royal à libérer les terres du Cambodge des mines terrestres, des REG et des bombes à fragmentation.

Selon le message de Samdech Techo Hun Sène à ses compatriotes à l’occasion de la 21e Journée nationale de sensibilisation au problème des mines (24 février), le Cambodge a besoin encore du budget pour éliminer les mines terrestres, les REG et les bombes à fragmentation

De 2020 à 2025, un budget d’environ 377 millions de dollars américains est nécessaire pour nettoyer 806 km2 de terres contaminées, a souligné le Premier ministre.

Malgré les efforts dans l’élimination des mines terrestres, des REG et des bombes à fragmentation pendant ces 28 dernières années, cet héritage de guerre reste une menace pour le peuple cambodgien et une entrave au développement car le taux de victimes a augmenté de 33% en 2019 par rapport à l’année précédente.

De 1992 à 2019, environ 1.979.476 m2 de terres ont été débarrassés des mines terrestres, des REG et des bombes à fragmentation.

Le Cambodge a détecté et détruit au total 1.080.814 mines antipersonnel, 25.186 mines antichars, et 2.832.626 restes explosifs de guerre et des bombes à fragmentation.

Par C. Nika