Le Cambodge lance un nouvel appel à la Malaisie pour qu’elle revérifie le test du cas positif suspect

AKP Phnom Penh, le 16 février 2020 —

Le ministre de la Santé du Cambodge, Mâm Bunheng, a envoyé une lettre à son homologue malaisien, Datuk Seri Dr Dzulkefly Ahmad, exhortant la partie malaisienne à vérifier le cas d’une femme américaine, testée positive pour le COVID-19, qui avait débarqué du navire Westerdam amarré au Port autonome de Sihanouk-ville.

“[…] Le ministère de la Santé du Royaume du Cambodge a appris par les médias qu’une Américaine de 83 ans, une passagère du navire Westerdam amarré au Port de Sihanoukville au Cambodge a été testée positive pour le COVID-19 en Malaisie”, a déclaré le ministre cambodgien de la Santé dans sa lettre du 16 février.

“A cet égard, je voudrais demander à Votre Excellence de vérifier à nouveau le test de ce cas présumé positif pour confirmer le premier résultat positif afin de confirmer l’exactitude du résultat pour le cas”, a souligné Mâm Bunheng.

A noter que la touriste américaine faisait partie des passagers qui avaient débarqué du bateau de croisière Westerdam et pris des vols charters de la province de Preah Sihanouk à l’aéroport international de Phnom Penh pour leur vol vers la Malaisie. Cependant, son mari, âgé de 85 ans, également américain, qui a voyagé avec elle, a été testé négatif pour le virus mortel.

Dans son communiqué de presse d’hier soir, le ministère de la Santé a effectué des examens de santé approfondis sur les passagers et les membres d’équipage du navire, et a travaillé avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ainsi qu’avec les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies des Etats-Unis (USCDC) et a suivi les normes techniques et le Règlement sanitaire international de 2005 (IHR 2005) de l’OMS.

Selon l’opérateur de Westerdam, Holland America Line, le 10 février dernier, les 2.257 passagers et membres d’équipage à bord du Westerdam ont été soumis à des tests de température et aucune personne n’avait une température élevée. Les passagers débarqués ont aussi rempli un questionnaire de santé écrit et les passeports de toutes les personnes à bord ont été examinés pour s’assurer que personne n’avait voyagé en Chine continentale au cours des 14 jours précédents. Pendant le voyage, il n’y avait aucune indication de COVID-19 sur le navire.

Par C. Nika