Un haut officiel appelle à ne pas augmenter les prix des masques

AKP Phnom Penh, le 27 janvier 2020 —

Alors que le coronavirus se propage en Chine et affecte certains autres pays, la demande en masques s’élève remarquablement, c’est pourquoi un haut officiel a appelé les vendeurs à ne pas augmenter les prix des masques.

L’appel a été fait dans une conférence de presse tenue ce matin, à Phnom Penh, par Phay Siphan, ministre délégué auprès du Premier ministre et président de l’Unité de porte-parole du gouvernement royal.

Il s’agit d’une contribution pour prévenir la propagation du nouveau coronavirus (nCoV 2019), a-t-il souligné.

Hier, le Premier ministre Samdech Akka Moha Sena Padei Techo Hun Sèn a appelé ses compatriotes à participer à la prévention de la propagation du nCoV 2019.

Le virus mortel, qui s’est répandu en Chine, est maintenant arrivé aux Etats-Unis, en Australie, au Canada, en France, au Népal, au Japon, à Singapour, en Corée du Sud, à Taïwan, en Thaïlande, au Vietnam et en Malaisie, a dit le chef du gouvernement royal.

D’après lui, aucun cas de coronavirus n’a été détecté jusqu’à présent au Cambodge. Le ministère de la Santé a déjà installé des scanners thermiques 24h/24 pour scanner tous les passagers.

Samdech Techo Premier ministre de a également appelé tous les Cambodgiens à prêter une haute attention, en particulier lorsqu’ils voyagent à l’étranger, principalement dans les pays touchés par le coronavirus. Pour tout cas suspect, a-t-il ajouté, veuillez contacter le médecin le plus proche ou aller à l’hôpital ou appeler le 115 immédiatement.

A noter que les agents de la santé surveillent de près l’épidémie mortelle de coronavirus. Des scanners thermiques ont été installés dans les trois aéroports internationaux (Phnom Penh, Siem Reap et Sihanouk-ville) et aux portes frontalières internationales avec le Vietnam et la Thaïlande.

Le ministère de la Santé a aussi arrangé une salle spéciale pour tout patient suspecté de coronavirus dans certains hôpitaux principaux.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les coronavirus forment une famille comptant un grand nombre de virus qui peuvent provoquer des maladies très diverses chez l’homme, allant du rhume banal au SRAS, et qui causent également un certain nombre de maladies chez l’animal.

Les coronavirus sont zoonotiques, ce qui signifie qu’ils sont transmis entre les animaux et les êtres humains. Des enquêtes détaillées ont révélé que le SARS-CoV était transmis des civettes aux êtres humains et le MERS-CoV des dromadaires aux êtres humains.

Plusieurs coronavirus connus circulent chez des animaux qui n’ont pas encore infecté l’homme.

Le 31 décembre 2019, le bureau de pays de l’OMS en Chine a été informé de cas de pneumonie d’étiologie inconnue (cause inconnue) détectés dans la ville de Wuhan, province chinoise du Hubei. Un nouveau coronavirus (2019-nCoV) a été identifié comme le virus causal par les autorités chinoises le 7 janvier.

Le 10 janvier, l’OMS a publié une série de directives provisoires pour tous les pays sur la façon de se préparer à ce virus, notamment sur la façon de surveiller les personnes malades, de tester des échantillons, de traiter les patients, de contrôler l’infection dans les centres de santé, de maintenir les fournitures adéquates et de communiquer avec le public sur ce nouveau virus.

Les signes d’infection courants comprennent les symptômes respiratoires, la fièvre, la toux, l’essoufflement et les difficultés respiratoires. Dans les cas plus graves, l’infection peut provoquer une pneumonie, un syndrome respiratoire aigu sévère, une insuffisance rénale et même la mort.

Par C. Nika