Le Forum gouvernement-secteur privé se tiendra en avril prochain

AKP Phnom Penh, le 24 janvier 2020 —

Le gouvernement royal du Cambodge accueillera le 19e Forum gouvernement-secteur privé (G-PSF) le 1er avril 2020.

La date a été approuvée hier par Samdech Akka Moha Sena Padei Techo Hun Sèn, Premier ministre du Royaume du Cambodge, en réponse à la lettre d’Aun Pornmoniroth, vice-Premier ministre et ministre de l’Economie et des Finances.

Comme d’habitude, Samdech Techo Hun Sèn présidera cet important événement annuel.

L’année dernière, le 18e G-PSF a eu lieu en mars, et 17 solutions ont été prises à cette occasion, dont la décision de réduire le nombre de jours fériés de 28 en 2019 à 22 en 2020.

A noter que le G-PSF a été créé en 1999 par le gouvernement royal du Cambodge pour améliorer l’environnement des affaires, instaurer la confiance et encourager les investissements privés grâce à un processus permettant au secteur privé d’identifier les problèmes et de recommander des solutions. En favorisant les capacités et une relation forte entre le gouvernement et le secteur privé, le G-PSF est considéré comme un pilier clé de l’amélioration de l’atmosphère d’investissement au Cambodge.

Le G-PSF vise également à fournir un mécanisme de dialogue fiable pour la consultation entre le gouvernement et le secteur privé sur les questions de l’amélioration de l’atmosphère d’investissement allant de la politique à long terme aux opérations quotidiennes pour encourager les initiatives du secteur privé.

Le Conseil du développement du Cambodge (CDC) assure le secrétariat du G-PSF. Le CDC facilite le dialogue au sein et entre les groupes de travail conjoints gouvernement/secteur privé, et de manière générale entre le gouvernement et le monde des affaires.

Tout au long de l’année, dix groupes de travail du secteur privé se réunissent régulièrement pour identifier et prioriser les problèmes communs et négocier des solutions avec leurs homologues gouvernementaux.

Les dix groupes sont 1. le Groupe de travail sur l’agriculture et l’agro-industrie ; 2. le Groupe de travail sur le tourisme ; 3. le Groupe de travail sur la fabrication et les petites et moyennes entreprises et services ; 4. le Groupe de travail sur le droit, la fiscalité et la gouvernance ; 5. le Groupe de travail sur les services bancaires et financiers ; 6. le Groupe de travail sur les transports et les infrastructures ; 7. le Groupe de travail sur la transformation pour l’exportation et la facilitation commerciale ; 8. le Groupe de travail sur les relations professionnelles ; 9. le Groupe de travail sur le riz et le riz non décortiqué ; et 10. le Groupe de travail sur l’énergie et les ressources minières.

Par C. Nika