Des gardes forestiers entendent les rugissements du tigre dans une zone protégée à Oddâr Meanchey

AKP Phnom Penh, le 10 janvier 2020 —

Un groupe de gardes forestiers de la province d’Oddâr Meanchey a entendu les rugissements du tigre, un incident rare indiquant l’existence de l’animal en voie de disparition.

C’est ce qu’on a appris d’un communiqué de presse du ministère de l’Environnement, ajoutant que le son avait été entendu dans la zone de protection de Banteay Chmar de la province où les gardes forestiers campaient.

Les gardes ont entendu le son vers 7h30 du soir, le 6 janvier, et le tigre était probablement à environ 20-30m de l’équipe.

Le dernier enregistrement de tigre au Cambodge a été réalisé en novembre 2007 à la réserve faunique de Srèpok dans la province de Mondulkiri.

L’extinction du tigre du Cambodge était largement due à la guerre civile et au braconnage.

Reconnaissant l’extinction de l’espèce du Cambodge, la réintroduction du tigre a été identifiée comme une action critique dans le Plan d’action du Cambodge pour le tigre (CTAP), et le Cambodge est devenu le premier pays à reconnaître la disparition nationale des tigres au 21e siècle et à élaborer des étapes claires pour le rétablissement.

Cet engagement a été réaffirmé par le Premier ministre Samdech Akka Moha Sena Padei Techo Hun Sèn en août 2017 lors du deuxième Forum national sur la protection et la conservation des ressources naturelles.

Le chef du gouvernement royal a également chargé le ministère de l’Environnement de travailler avec d’autres agences gouvernementales compétentes et des partenaires de conservation pour élaborer un plan de protection et d’augmentation du nombre de tigres au Cambodge.

Deux sites potentiels de réintroduction du tigre ont été identifiés : la forêt tropicale de Cardamome dans la province de Koh Kong et les plaines orientales dans la province de Mondulkiri.

Par C. Nika