La 39e Assemblée générale de l’AIMF s’ouvre officiellement

AKP Phnom Penh, le 04 décembre 2019 —

La 39e Assemblée générale de l’Association internationale des maires francophones (AIMF) s’est officiellement ouverte ce matin, à Phnom Penh, sous la présidence de Hor Namhong, vice-Premier ministre, haut représentant du Premier ministre Samdech Akka Moha Sena Padei Techo Hun Sèn.

Hor Namhong, ancien ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, a souhaité la bienvenue à tous les délégués présents à la réunion et les a informés de la situation actuelle du Cambodge ainsi que du plan de développement urbain du gouvernement royal.

Cet événement approfondira et stimulera la coopération entre les membres de l’AIMF, a-t-il souligné.

Quelque 400 délégués venus de 140 villes de 41 pays participent à la 39e Assemblée générale de l’AIMF, qui a pour thème : « La ville résiliente : penser les défis de la reconstruction urbaine ».

l’AIMF, présidée par le maire de Paris, est fondée en 1979. Elle rassemble et établit des liens entre les maires et responsables des capitales et métropoles où le français est la langue officielle. Elle a pour but de faciliter la réalisation de projets, l’échange de pratiques et de connaissances, en fournissant une tribune internationale aux villes francophones.

De nombreuses discussions sur un large éventail de sujets liés à la reconstruction et au développement urbains ont été organisées quelques jours avant la cérémonie d’ouverture officielle.

Hier, Khuong Sreng, gouverneur de la Municipalité de Phnom Penh, a mis l’accent sur le processus de reconstruction et de développement de la capitale Phnom Penh.

Au cours des 40 dernières années, a indiqué le gouverneur, le développement de Phnom Penh a connu cinq grandes étapes. Premièrement, de 1979 à 1993, la direction de Phnom Penh était axée sur la paix, le rapatriement et contre le retour du régime génocidaire des Khmers rouges. Deuxièmement, de 1993 à 2000, la direction de Phnom Penh s’est concentrée sur le rôle du maintien de la stabilité politique et de la réhabilitation des infrastructures physiques. Troisièmement, de 2000 à 2008, la direction de Phnom Penh était chargée de la sécurité interne, de la rénovation continue et de la construction d’infrastructures physiques. Quatrièmement, de 2008 à 2013, le renforcement de la sécurité et de l’ordre public, la poursuite de la restauration et de la construction d’infrastructures physiques et le développement des communautés défavorisées ont été au centre des préoccupations de la direction de Phnom Penh. Cinquièmement, de 2013 à nos jours, la direction de Phnom Penh était au service de la réforme, du développement durable et de la future ville intelligente.

Par C. Nika