Le PM cambodgien espère une réponse positive de la Chine à la zone de libre-échange bilatérale

AKP Phnom Penh, le 19 septembre 2019 —

Le chef du gouvernement cambodgien espère une réponse positive de la Chine à la formulation de la zone de libre-échange entre les deux pays, qui est plus favorable à l’économie du Royaume, en plus de la version régionale existante.

Le Premier ministre Samdech Akka Moha Sena Padei Techo Hun Sèn a exprimé son optimisme dans une interview exclusive accordée récemment à d’importants médias chinois, à sa résidence à Takhmao, province de Kandal.

« Nous utilisons actuellement le mécanisme de la zone de libre-échange ASEAN-Chine, et j’ai bon espoir qu’un cadre de zone de libre-échange Cambodge-Chine sera établi dans un proche avenir », a-t-il déclaré.

« Grâce au mécanisme de zone de libre-échange ASEAN-Chine, je pense que les pays de l’ASEAN en bénéficient plus que la Chine, car les importations chinoises en provenance des pays de l’ASEAN sont plus importantes que les celles des pays de l’ASEAN en provenance de Chine », a souligné Samdech Techo Hun Sèn.

Avec l’existence de la zone de libre-échange Cambodge-Chine, a-t-il expliqué, le Cambodge aura accès au marché géant chinois d’environ 1.300 millions d’habitants, ce qui pourrait accroître le volume des exportations cambodgiennes, ainsi que davantage d’investissements et de touristes chinois au Cambodge.

« Maintenant, les Chinois ont de l’argent pour acheter des produits importés et faire le tour du monde », a dit Samdech Techo Premier ministre, ajoutant que 200 millions de Chinois se rendaient dans les pays étrangers, dont deux millions au Cambodge l’an dernier.

Selon des sources en ligne, la zone de libre-échange ASEAN-Chine (ACFTA) est une zone de libre-échange entre les dix Etats membres de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) et la République populaire de Chine.

A l’échelle mondiale, il s’agit de la plus grande zone de libre-échange en termes de population, de la troisième en termes de produit intérieur brut (PIB) nominal et du troisième plus grand volume d’échanges après l’Espace économique européen et la Zone de libre-échange nord-américain.

Le mécanisme des accords de libre-échange a permis de ramener à zéro les droits de douane sur plus de 7.800 catégories de produits, soit 90% des produits importés.

Depuis le lancement de l’ACFTA, la part de la Chine dans le total des échanges de marchandises de l’ASEAN est passée de 8% en 2004 à 21% en 2018, ce qui en fait le plus grand partenaire commercial de l’ASEAN, avec un montant des échanges de 591,1 milliards de dollars américains.

Voyant la tendance régionale, le Premier ministre Hun Sèn est convaincu que la création d’une zone de libre-échange entre le Cambodge et la Chine renforcera encore davantage les performances économiques du Royaume.

Par C. Nika