Le PM cambodgien donne des recommandations aux ministres de la Santé de l’ASEAN

AKP Phnom Penh, le 29 août 2019 —

Samdech Akka Moha Sena Padei Techo Hun Sèn, Premier ministre du Royaume du Cambodge, a fait des recommandations à la 14e Réunion des ministres de la Santé de l’ASEAN et aux réunions connexes, qui se sont ouvertes ce matin dans la province de Siem Reap, dans le but de promouvoir la santé pour tous dans l’ASEAN.

Selon son discours lu par Samdech Pichey Sena Tea Banh, vice-Premier ministre et ministre de la Défense nationale qui l’a représenté à la cérémonie d’ouverture officielle, Samdech Techo Hun Sèn a encouragé les ministres de la Santé de l’ASEAN à prêter attention à six points importants.

Premièrement, tous les Etats membres de l’ASEAN devraient promouvoir conjointement la mise en œuvre de toute activité visant à harmoniser le secteur de la santé dans la région de l’ASEAN en réduisant l’écart de qualité des services de santé.

Deuxièmement, l’ASEAN devrait s’unir pour réagir aux catastrophes en matière de santé publique, en particulier à l’apparition de certaines maladies dans la région et aux catastrophes causées par le changement climatique.

Troisièmement, l’ASEAN devrait conjointement réduire l’écart de la technologie médicale en aidant à combler les lacunes, en renforçant les compétences techniques, la technologie moderne et les ressources humaines, en particulier en développant les connaissances et compétences techniques conformes aux normes internationales, ainsi qu’en proposant des technologies de pointe en vue d’accorder des services au peuple avec de hautes efficacité et fiabilité.

Quatrièmement, l’ASEAN devrait s’engager avec toutes les parties concernées du secteur de la santé afin de partager des informations, des connaissances, des expériences, des technologies et des techniques afin de découvrir les méthodes et les exigences requises pour agir à temps dans les pays de l’ASEAN et dans la région de l’ASEAN.

Cinquièmement, l’ASEAN devrait lutter conjointement contre les médicaments falsifiés et non conformes aux normes par le biais de la coopération internationale, du maintien du cadre juridique, du rehaussement des compétences du personnel de contrôle technique régulier et du renforcement des mécanismes de bonne gouvernance.

Sixièmement, l’ASEAN devrait collaborer avec les partenaires de développement et l’Organisation mondiale de la Santé pour promouvoir la mise en œuvre des mécanismes régionaux et mondiaux existants et développer de nouveaux mécanismes ou directives visant à harmoniser l’appui sanitaire, technique et financier.

En ce qui concerne les médicaments falsifiés et non conformes aux normes, Samdech Techo Hun Sèn a décidé de proposer cette question au 13e Sommet Asie-Europe (ASEM) l’année prochaine dont le Cambodge sera pays hôte.

Par C. Nika