Samdech Hun Sèn et Dy Vichea portent plainte contre Sam Rainsy à la cour française

AKP Phnom Penh, le 20 août 2019 —

Samdech Akka Moha Sena Padei Techo Hun Sèn, Premier ministre du Royaume du Cambodge, et Dy Vichea, Commissaire général adjoint de la police nationale et gendre de Samdech Techo Hun Sèn, ont porté plainte contre Sam Rainsy du chef de diffamation publique envers un particulier.

D’après deux communiqués de presse séparés, Samdech Techo Hun Sèn et Dy Vichea ont déposé plainte avec constitution de partie civile ce main à Paris, par intermédiaire de leurs avocats (Maîtres BROSSOLLET, DOYEZ, et LEICK), contre Sam Rainsy, ancien chef de l’opposition.

Ils reprochent à ce dernier la teneur des messages mis en ligne sur sa page Facebook et l’interview accordée au media VOA Khmer au sein desquels il croit devoir proférer des accusations à la fois insensées et gravissimes à leur encontre.

“En l’occurrence, et plus précisément encore, d’avoir assassiné ou commandité l’assassinat de Hok Lundy, ancien Commissaire général de la police nationale du Royaume du Cambodge, donné l’ordre d’assassiner Chea Vichea et, enfin, sciemment menti sur les conditions de la mort de Hok Lundy en prétendant que l’hélicoptère au sein duquel il a trouvé la mort avait été foudroyé alors que – selon Sam Rainy – il avait explosé du fait d’une bombe placée à l’intérieur, confirmant en cela les imputations diffamatoires diffusées sur sa page Facebook,” a précisé le communiqué sur la plainte de Samdech Techo Hun Sèn, ajoutant: ”

De telles allégations sent absolument intolérables ; c’est la raison pour laquelle Monsieur Hun Sèn, en conscience et contrairement à leur inclinaison tant personnelle que politique, s’est résolu à agir contre l’un des ses compatriotes. Il appartiendra à la justice française de juger que les limites à la liberté d’expression ont été, en l’espèce, franchies.”

Pour sa part, le communiqué sur la plainte de Dy Vichea a souligné : “En l’occurrence, et plus précisément encore, prêtant au plaignant de manière aussi abusive qu’erronée la conviction selon laquelle son père a été assassiné par Hun Sèn, Sam Rainsy croit devoir lui imputer l’intention de ‘se venger’ de ce prétendu assassinat et, ce faisant, d’élaborer un plan en s’alliant au ministre de l’Intérieur en exercice. Monsieur Dy Vichea ne peut accepter de telles imputations diffamatoires ; lesquelles, du fait même du champ lexical utilisé (vengeance, plan), lui prête nécessairement l’intention d’agir illégalement et, par conséquent, de recourir à d’autres moyens que politiques pour se venger d’un prétendu crime.”

Par C. Nika