Premier ministre : Aucune négociation politique avec les anciens membres de l’opposition

AKP Phnom Penh, le 04 mars 2019 —

Le Premier ministre Samdech Akka Moha Sena Padei Techo Hun Sèn a confirmé ce matin qu’il n’y aurait aucune négociation politique avec les membres de l’ancien Parti de l’opposition qui souhaitaient regagner leurs droits politiques, uniquement s’ils déposaient une demande eux-mêmes.

« Aucune négociation politique ne permet aux anciens membres de l’opposition de rétablir leurs droits politiques », a souligné Samdech Techo Hun Sèn pendant la cérémonie d’ouverture du chantier de la phase IV du Projet de protection contre les inondations et d’amélioration du système d’égout dans la capitale de Phnom Penh.

S’ils font de la politique au moment où ils n’ont pas encore regagné leurs droits politiques, ils sont contre la loi, a-t-il ajouté, expliquant : « Ce n’est pas une répression politique, mais un rappel pour élargir l’espace politique de la démocratie multipartite libérale et de l’Etat de droit. »

Selon le Premier ministre, il n’y a que deux options. La première consiste à demander à regagner le droit politique et à former un Parti politique afin de participer aux élections des conseils communaux en 2022, tandis que la seconde consiste à attendre la fin du verdict en novembre 2022 et à créer un Parti politique pour prendre part aux législatives de juillet 2023.

« La porte était déjà ouverte. Vous entrez ou pas, cela dépend de vous. Vous devez savoir que lorsque la porte est ouverte, elle peut également être fermée. Si vous l’ignorez et que vous voulez telle ou telle condition, vous devez attendre jusqu’en 2022 », a-t-il déclaré.

Jusqu’à présent, trois des 118 anciens hauts officiels de l’opposition qui avaient été bannis de la politique pendant cinq ans ont déposé une demande de rétablissement de leurs droits politiques.

Par C. Nika