Samdech Hun Sèn attribue le succès de la politique gagnant-gagnant à la confiance mutuelle

AKP Phnom Penh, le 29 décembre 2018 —

Le Premier ministre Samdech Akka Moha Sena Padei Techo Hun Sèn a souligné que le point spécial de la mise en œuvre de la politique gagnant-gagnant entre 1996 et 1998 était l’utilisation d’aucune balle.

Pendant la cérémonie d’inauguration du Mémorial gagnant-gagnant et la commémoration du 20e anniversaire de la politique gagnant-gagnant mettant fin à la guerre civile au Cambodge, tenues ce matin à Phnom Penh, le chef du gouvernement royal a attribué le succès de cette politique à la confiance mutuelle entre les Cambodgiens, et sans commandes étrangères.

La garantie de la vie et de la survie, de l’emploi et de la profession, ainsi que de la propriété des biens sont les trois principaux facteurs permettant de renforcer la confiance des forces des Khmers rouges dans le gouvernement royal, a-t-il expliqué.

Grâce à cette confiance mutuelle, a souligné Samdech Techo Premier ministre, la paix reste forte et durable jusqu’à présent.

La politique gagnant-gagnant ne peut pas s’arrêter à la réintégration des forces des Khmers rouges dans le gouvernement royal, mais le vrai succès réside dans le développement à travers la connectivité des infrastructures, la construction d’écoles et d’hôpitaux, etc. sur l’ancien territoire régi par les Khmers rouges, a-t-il ajouté.

Selon le Premier ministre, l’application de la politique gagnant-gagnant a débuté dans la région d’Oral de la province de Kampong Speu au début de 1996 et a duré jusqu’au 29 décembre 2018.

Samdech Techo Hun Sèn a profité de cette occasion pour remercier Samdech Akka Moha Thamma Pothisal Chea Sim, président défunt du Sénat ; Samdech Akka Moha Ponhea Chakrei Héng Samrin, président de l’Assemblée nationale et président d’honneur du Parti du Peuple Cambodgien (PPC) ; les membres du PPC ; Samdech Krom Preah Norodom Rannariddh, président du Parti FUNCINPEC, les forces armées et tous ses compatriotes pour leur soutien à la mise en œuvre de la politique gagnant-gagnant.

Par C. Nika