Le Premier ministre souhaite la poursuite de la contribution des jeunes au maintien de la paix et de la stabilité politique

AKP Phnom Penh, le 28 novembre 2018 —

 

Samdech Akka Moha Sena Padei Techo Hun Sèn, Premier ministre du Royaume du Cambodge, a encouragé les jeunes à continuer de contribuer au maintien de la paix et de la stabilité politique dans le pays.

 

« Nous devons à tout prix empêcher la révolution de couleurs au Cambodge », a-t-il souligné hier après-midi tout en présidant la cérémonie de clôture du 4e Congrès de l’Union de fédérations des jeunes du Cambodge (UYFC).

 

La situation mondiale actuelle est très complexe, a dit Samdech Techo Hun Sèn, soulignant que le Cambodge devait être en paix et que tout le monde devrait contribuer à l’assurer.

 

« Pour atteindre notre objectif de devenir une nation à revenu intermédiaire de la tranche supérieure vers 2030 et un pays à revenu élevé en 2050, nous devons faire de notre mieux pour maintenir la croissance économique annuelle du pays à environ 7%. Par conséquent, ce que les jeunes doivent faire, c’est participer à la protection de la paix et de la stabilité et à la promotion du développement socio-économique », a-t-il ajouté.

 

L’UYFC a, les 26 et 27 novembre à Phnom Penh, organisé son 4e Congrès avec la participation de quelque 1.300 membres de l’UYFC venus de tout le pays, afin de faire le bilan de son travail de 2012 à 2018 et de définir des nouvelles tâches pour 2018-2023, ainsi que d’élire les membres du Comité central et d’approuver l’amendement du statut de l’UYFC.

 

A noter que l’Union de fédérations des jeunes du Cambodge est un front des jeunes cambodgiens qui a poursuit la mission de l’Association unie des jeunes pour le salut national du Kampuchéa et l’Association des jeunes cambodgiens fondées le 2 décembre 1978 dans le but principal de rassembler les jeunes en tant que force de solidarité pour contribuer à la construction du Cambodge avec l’indépendance, la paix, la liberté, la démocratie et le progrès social.

 

Article en khmer par Chim Nary

Article en français par C. Nika