Le 16e Sommet des médias asiatiques se termine avec succès

AKP Phnom Penh, le 13 juin 2019 —

Le 16e Sommet sur les médias asiatiques (AMS Angkor 2019), organisé les 12 et 13 juin par le Cambodge dans la ville de Siem Reap sous le thème : « Numérisation des médias – mettre l’accent sur le développement des marchés », s’est clôturé cet après-midi avec succès sous la présidence de Khieu Kanharith, ministre cambodgien de l’Information.

Les discours de Samdech Akka Moha Sena Padei Techo Hun Sèn, Premier ministre du Royaume du Cambodge; de l’AIBD et de l’UNESCO lors de la cérémonie d’ouverture de l’AMS Angkor 2019 ; la réunion ministérielle de l’information et les séminaires de deux jours qui ont précédé l’AMS Angkor 2019 ont porté sur les avantages de la numérisation des médias et sur les préoccupations quant aux effets éventuels du numérique, a dit Khieu Kanharith dans son discours de clôture.

La numérisation des médias a joué un rôle très actif et remplacé de manière très efficace les médias traditionnels, améliorant ainsi la qualité de la diffusion, tant du son que de l’image, la vitesse de transmission des données, l’archivage des données, l’utilisation efficace de la fréquence radio, la réduction des coûts de production et la rapidité de la réception des données par divers moyens, a-t-il indiqué, soulignant que la numérisation des médias a transformé les pays développés à devenir un gouvernement numérique, grâce auquel la gouvernance, la qualité de leurs services et la réception de leurs services, ainsi que leurs relations commerciales peuvent être de meilleure qualité, plus efficaces et plus durables. De plus, les gens savent comment utiliser la technologie numérique et ont accès aux informations, ainsi qu’aux services publics, qui concernent leur vie quotidienne.

Mais, a-t-il poursuivi, la numérisation des médias demande une dépense budgétaire énorme pour la construction d’infrastructures à la fois sur le sol et sous terre, dans les airs et au fond de la mer; et exige un fort renforcement des capacités en réponse à cette révolution technologique avancée. « La numérisation des médias a terni la popularité des médias traditionnels, les mettant donc face aux pertes de marchés et d’emplois. La numérisation entraîne l’augmentation de la cybercriminalité, l’extorsion de fonds, le piratage informatique pour détruire des données, la violation de droits privés ; elle permet de simuler des informations six fois plus rapidement par rapport à une diffusion précise des informations; et elle cause des turbulences à la sécurité de la société et des dommages inimaginables », a-t-il dit.

Le Sommet et les séminaires préalables au Sommet ont traité des problèmes causés par les médias numériques, qui imposent aux autorités compétentes de réglementer la lutte contre la cybercriminalité, les fausses informations et de former les gens et de développer la profession des médias, a fait savoir Khieu Kanharith.

Pour sa part, Mme Philomena Gnanapragasm, directrice de l’AIBD, a dit que ce Sommet de deux jours avait été consacré à l’avenir potentiel de la révolution industrielle 4.0, à la numérisation et aux nouveaux éléments permettant aux médias traditionnels de tirer profit de cette révolution numérique.

Elle a également soulevé la question de la désinformation/des fausses nouvelles, une importante préoccupation des pays du monde.

Mme Philomena Gnanapragasm a remercié le Cambodge pour l’organisation avec succès de l’AMS Angkor 2019, soulignant qu’il s’agissait du plus grand rassemblement de l’histoire de l’AMS depuis 2006, avec une organisation, des représentations artistiques et un dîner de gala exceptionnels.

A noter que l’AMS a débuté en 2004 à Kuala Lumpur, en Malaisie et s’est ensuite tenu en Malaisie jusqu’en 2008. La sixième édition du Sommet a eu lieu à Macau, en Chine, en 2009, puis en Indonésie, en Thaïlande, au Vietnam, en Arabie Saoudite, en Inde et maintenant au Cambodge.

Cette année, l’événement a attiré environ 600 délégués, dont au moins 70 orateurs professionnels et expérimentés, venus de 42 pays.

Par C. Nika