Le Cambodge et le Népal dynamiseront leurs échanges bilatéraux 

AKP Phnom Penh, le 14 mai 2019 —

Samdech Akka Moha Sena Padei Techo Hun Sèn, Premier ministre du Royaume du Cambodge, et son homologue népalais, l’honorable K. P. Sharma Oli, ont réaffirmé leur détermination à promouvoir les relations commerciales entire les deux pays alors que le volume de leurs échanges bilatéraux est encore limité.

Cet engagement a été pris au moment où les deux Premiers ministres ont coprésidé cet après-midi à l’Hôtel Sokha Phnom Penh le Forum des affaires Cambodge-Népal, ave la participation de près de 200 hommes d’affaires et investisseurs cambodgiens et népalais.

L’ honorable K. P. Sharma Oli s’est dit déterminé à former un partenariat solide avec Samdech Techo Hun Sèn afin de favoriser les liens économiques entre les deux pays pour les intérêts des deux peuples.

Le Népal peut apprendre du développement rapide du Cambodge, a-t-il souligné, appelant les milieux d’affaires cambodgiens et népalais à rechercher des opportunités commerciales conjoines.

Samdech Techo Hun Sèn a pour sa part informé les participants du forum gouvernement-secteur privé su Cambodge, qui avait avancé des mesures pour rehausser la compétitivité de son économie, améliorer l’atmosphère des affaires et des investissements, diversifier l’économie nationale et créer davantage d’emplois.

Samdech Techo Premier ministre a mis l’accent sur le potentiel d’investissement du Cambodge, notamment la stabilité politique et macro-économique, l’ouverture à tous les investisseurs sans discrimination, la main-d’œuvre jeune et diversifiée et son emplacement stratégique dans l’ASEAN, qui est en train de devenir “l’usine d’Asie”.

A noter que le Cambodge et le Népal ont établi leurs relations diplomatiques en 1964. Mais ces liens ont été interrompus à cause de guerres civiles au Cambodge, avant d’être rétablis en 1999. Le volume des échanges commerciaux bilatéraux n’a atteint que 210.000 dollars américains en 2017, soit une baisse de 17,6% par rapport à l’année précédente.

Article en khmer par Chim Nary
Article en français par C. Nika