Samdech Techo Hun Sèn souligne l’indispensable solidarité contre la crise du COVID-19

AKP Phnom Penh, le 27 septembre 2020 —

Le Premier ministre cambodgien, Samdech Akka Moha Sena Padei Techo Hun Sèn, a mis l’accent sur l’indispensable solidarité contre la crise mondiale du COVID-19.

Lors du Débat général virtuel : 75e session de l’Assemblée générale de l’ONU tenu le 26 septembre, Samdech Techo Hun Sèn a déclaré que jamais, dans l’histoire de l’humanité, une crise sanitaire n’avait eu des effets et des conséquences de cette ampleur. “Bien que nous n’ayons pas encore saisi le plein impact de la pandémie sur les économies mondiales, nous pouvons anticiper la sombre perspective de faillites d’entreprises et de licenciements massifs, qui ont affecté la vie de millions de personnes”, a-t-il ajouté.

Paradoxalement, a-t-il poursuivi, la pandémie nous a rappelé l’indispensable solidarité qui unit les peuples du monde. Pour que l’économie mondiale se rétablisse plus rapidement, nous devons travailler plus étroitement pour faire face à cette crise par le biais d’institutions internationales fondées sur les principes de transparence et d’efficacité.

« Aujourd’hui plus que jamais, nous devons renoncer à l’attitude repliée sur moi-même, qui est la négation de l’universalité des valeurs humaines. Le Cambodge a montré son geste humanitaire au début de cette année, lorsque le bateau de croisière MS Westerdam, flottant à la mer sans port pour accoster, a été autorisée à accoster dans notre port, permettant ainsi aux passagers bloqués et aux membres d’équipage de rentrer en toute sûreté vers leur pays respectif », a dit le chef du gouvernement cambodgien.

Outre la pandémie, a-t-il souligné, le changement climatique a posé une autre grande préoccupation pour le monde qui aurait des effets cumulatifs sur les ressources nécessaires pour répondre aux priorités clés nécessaires pour atteindre le Programme de développement durable à l’horizon 2030, ce qui pourrait nous obliger à réévaluer la faisabilité d’atteindre les objectifs fixés dans le passé.

« Les émissions mondiales de CO2 ont augmenté de 1,5% par an au cours des dix dernières années. 75% de l’environnement de la Terre montre des signes significatifs de dégradation par les plastiques, les pesticides, les nitrates et les métaux lourds. Aussi effrayants que ces statistiques le montrent, il est ahurissant de constater que peu de pays ont fait assez pour respecter leurs engagements respectifs à la COP21 », a-t-il expliqué.

« Le Cambodge est un petit pays aux ressources limitées, mais nous nous efforçons de relever les défis liés au changement climatique, dans le cadre à la fois national et international. Par exemple, nous nous sommes efforcés de respecter les obligations découlant de la COP21 : l’action contre le changement climatique est un élément clé de notre politique de développement national. En fait, nous mettrons à jour notre contribution déterminée au niveau national (CDN) pour la mise en œuvre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) avant la réunion de la COP26 à Glasgow », a affirmé Samdech Techo Hun Sèn.

Par C. Nika