Samdech Hun Sèn montre une vieille photo du processus de recherche de la paix au Cambodge

AKP Phnom Penh, le 21 mai 2019 —

 Le Premier ministre Samdech Akka Moha Sena Padei Techo Hun Sèn a publié sur sa page Facebook ce matin une vieille photo rappelant son processus de recherche de la paix pour le Cambodge à la fin des années 80.

 « Si nous examinons cette photo, cela semble être une aventure dangereuse, mais pour moi et mes collègues, c’est une fierté que nous utilisions notre vie pour échanger contre la paix pour le peuple cambodgien », a-t-il souligné, ajoutant : « Peu de gens le savaient, même moi, je viens de trouver cette photo qui m’a été remise ce dimanche par un ancien journaliste belge. » 

Cette photo a été prise le 19 septembre 1989 lorsque Samdech Techo Hun Sèn s’est rendu secrètement en Thaïlande en traversant un pont-rail à Poïpet. « Des deux côtés de la route, tant au Cambodge qu’en Thaïlande, il y avait des champs de mines. De plus, le long de cette route, sur un kilomètre environ, des soldats du groupe trilatéral basé à cet endroit attendaient pour attaquer les forces de l’État du Cambodge déployées le long de la Nationale 5 », a-t-il dit. 

A Poïpet, à cette époque, a poursuivi le Premier ministre, il n’y avait qu’une maison en ruine au début du pont du côté du Cambodge, le reste étant constitué de forêts. Nous avons traversé la frontière vers 14h sans avoir déjeuné.

 Selon Samdech Techo Hun Sèn, parmi les officiels qui l’accompagnaient à ce moment-là figuraient Samdech Pichey Sena Tea Banh (l’actuel vice-Premier ministre et ministre de la Défense nationale), Châm Prasidh (l’actuel ministre d’Etat et ministre de l’Industrie et de l’Artisanat), ainsi que d’autres hauts officiels et un haut officier de l’armée thaïlandaise afin de faciliter leur passage de la frontière et leur communication avec la partie thaïlandaise. 

Samdech Techo Premier ministre a, en outre, dit qu’il avait avancé une politique visant à prévenir et à réduire l’aide de la Thaïlande aux Khmers rouges et au groupe trilatéral. « Cela a abouti à ma rencontre secrète avec Chavalit Yongchaiyudh, un puissant chef de l’armée thaïlandaise, le 27 octobre 1988 et à ma visite ouverte à Bangkok en janvier 1989 », a-t-il ajouté.   

« J’ai voyagé secrètement à Bangkok le 19 septembre 1989 sur les questions de guerre et de paix au Cambodge, ce qui peut être considéré comme une partie du processus de recherche de la paix pour le Cambodge. D’autres délégués et moi sommes allés à Aranyaprathet avec un commandant en chef adjoint du l’armée thaïlandaise et avons continué vers Bangkok par hélicoptère pour des entretiens secrets avec le Premier ministre thaïlandais, Chatichai Choonhavan, et Chavalit Yongchaiyudh. Les relations entre les dirigeants thaïlandais et moi devenaient de mieux en mieux, menant plus tard au succès de ma politique Gagnant-Gagnant », a fait savoir Samdech Techo Hun Sèn.

 

Par C. Nika