Le volume des échanges commerciaux Cambodge-Etats-Unis atteint plus de 3 milliards de dollars

AKP Phnom Penh, le 28 janvier 2019 —

Le volume des échanges commerciaux entre le Cambodge et les Etats-Unis a atteint 3,31 milliards de dollars américains l’an dernier, soit une hausse de 27% contre 2,61 milliards de dollars l’année précédente.

Les chiffres ont été partagés par le ministre cambodgien du Commerce, Pan Sorasak, lors de l’ouverture de la 5e Réunion du Conseil mixte sur l’accord-cadre pour le commerce et l’investissement (TIFA) entre le gouvernement royal du Cambodge (GRC) et le gouvernement américain, tenue ce matin dans la province de Siem Reap, d’après le ministère cambodgien du Commerce.

Sur le volume total des échanges commerciaux, Pan Sorasak a précisé que la valeur des exportations du Cambodge vers les Etats-Unis était de 2,88 milliards de dollars, tandis que celle de ses importations en provenance des Etats-Unis s’élevait à 426 millions de dollars, faisant de ce pays le deuxième plus grand marché pour le Cambodge.

Dans son discours d’ouverture, le ministre a dit que la 5e Réunion du Conseil mixte sur le TIFA constituait une opportunité vitale pour les deux parties de suivre et de se tenir au courant des questions restantes et de nouvelles questions pour les intérêts mutuels.

Pan Sorasak a remercié les Etats-Unis pour leur aide au Cambodge, en particulier pour le système généralisé de préférences pour les articles de voyage cambodgiens tels que des bagages, des sacs à dos, des portefeuilles, etc.

Il a également informé les participants de la solidité du progrès de l’économie cambodgienne et de la détermination du GRC à poursuivre la politique de ciel ouvert et l’intégration économique à tous les niveaux en vue d’attirer plus d’investissements afin de diversifier les opportunités d’emploi et d’accroître les revenus des populations locales ainsi que faire du Royaume une nation à revenu moyen de la tranche supérieure d’ici 2030 et un pays à revenu élevé d’ici 2050.

(Photo: Ministère du Commerce)

Par C. Nika